Messages

Si vous le souhaitez, n'hésitez pas à laisser un message ici

Écrire commentaire

Commentaires : 27
  • #1

    Antoine (vendredi, 16 septembre 2016 10:56)

    J'attends le livre avec impatience

  • #2

    Sophie (samedi, 22 octobre 2016 08:59)

    Tout un programme... à lire !!

  • #3

    Jean (dimanche, 23 octobre 2016 13:08)

    Belle démarche ! À suivre...

  • #4

    Max (mercredi, 09 novembre 2016 12:16)

    Il serait effectivement temps d'y réfléchir. J'ai plein de questions sur ce sujet. J'espère que le livre y répondra !

  • #5

    Zoé (dimanche, 27 novembre 2016)

    J'ai pu voir qu'il sortira le 12 janvier :-)

  • #6

    Michel (samedi, 07 janvier 2017 15:37)

    Que pensez-vous des situations scandinaves ou même anglaises de taxation des très hauts revenus à près de 90% dans les années 80-90 ?

  • #7

    Daniel (samedi, 07 janvier 2017 17:47)

    Ne faut-il pas limiter à la fois la fortune et les revenus ? Instaurer un revenu universel financé par les plus hauts revenus et les grandes fortunes, en inscrivant dans la constitution que le rapport entre le revenu taxé à 100% et le revenu universel ne peut excéder 50 (par exemple).

  • #8

    Dominique (dimanche, 08 janvier 2017 11:04)

    Proposition originale, certes, mais comprenant de nombreux freins :

    Tout d'abord une loi en ce sens risque normalement d'être rejetée par le Conseil Constitutionnel, en vertu du fait que l'impôt ne doit pas atteindre un sens confiscatoire des revenus.

    Par ailleurs, en admettant qu'un quelconque gouvernement réussisse à faire voter une telle mesure, ne croyez vous pas, qu'à l'occasion d'une prochaine élection présidentielle, le nouvel élu s'empressera de détricoter la loi ? (Il se sera fait élire en grande partie pour ça)

    Egalement pensons aux nombreux détournements possibles, pour échapper à cet impôt : délocalisations en tous genres de revenus annexes (émis à un nom différent du redevable bien sûr) dans des lieux exotiques,
    impossibles à retracer.

    Il faudra des politiques plus que courageux à l'avenir pour réellement combattre la finance toute puissante. Je pense pour ma part, que nous avons quelques chances avec une Europe forte et....très unie !

  • #9

    Philippe Richard (dimanche, 08 janvier 2017 11:41)

    Bonjour ! En réponse aux messages :
    A Michel - Taxer davantage les plus riches selon leur lieu de résidence comme actuellement n’est plus possible dans un monde ouvert, car ils s’exileront... Aux États-Unis, les taux ont pu être très élevés dans les années 30 et 40 car le pays est gigantesque et l’exil moins simple, notamment à une période où les possibilités de mobilité étaient moins aisées.

  • #10

    Philippe Richard (dimanche, 08 janvier 2017 11:42)

    A Daniel - Plafonner le revenu (obligatoirement selon le lieu de résidence) avant le patrimoine (qui peut se faire selon la nationalité à l’inverse) me semble une erreur, car les plus riches partiront, notamment les rentiers qui possèdent un gros capital. Un plafond de revenu peut s’entendre si le patrimoine est lui-même plafonné. Dans ce cas, les deux peuvent se concilier.

  • #11

    Philippe Richard (dimanche, 08 janvier 2017 11:45)

    A Dominique - Une telle mesure exige bien sûr un changement constitutionnel. Mais ce changement est possible. Notre entrée dans l'Union européenne a exigé déjà des changements constitutionnels.
    Ensuite, une fois la mesure adoptée et inscrite constitutionnellement, il sera sûrement difficile de faire marche arrière. Surtout que l'année d'application, les transferts de propriété auront lieu. Et à partir des données patrimoniales qui sont déjà connues, via l'ISF. Mais bien sûr nous n'en sommes pas là encore, j'en ai bien conscience...

  • #12

    Vincent (dimanche, 08 janvier 2017 15:45)

    Bonjour Monsieur Richard,

    Je découvre ce jour votre exposé via le site de l'Obs.

    Sachez que vous n'êtes pas seul à critiquer la fortune et ses maux. Une bonne partie des philosophes de tout temps l'on fait, et Aristote a même en son temps réfléchi au sujet. Ainsi, il était déjà question de plafonner la richesse (dans "Ethique à Nicomaque" il me semble).

    Cette idée est toujours partagée par ceux qui font passer l'interêt général avant le leur. Mais bien souvent il s'agit d'intellectuels qui ont en tête l'idée de l'homme de rousseau et de Kant, qui résulte, en vulgarisant un peu, que l'homme se démarque de l'animal en cela qu'il est capable de faire passer l'intérêt général avant son propre ego.

    Ainsi, être égoïste est un comportement naturel instinctif que la culture humaine réprime par l'éducation des enfants.

    Hors, la psychologie nous apprend que certains états, (la fatigue, la dépression, la colère, etc.) nous font régresser vers le stade enfant.

    Il est donc sage de constater que la personne riche emprunte le même parcours régressif vers l'enfant gâté égoïste. Car si ce n'était pas le cas, les riches partageraient leur richesse d'eux même, en toute vertu, sans qu'on ait besoin de loi pour les y forcer.

    Tout ça pour dire quoi ?
    Que vous n'êtes pas seul, comme se déplore votre exposé, et que nous sommes nombreux à faire le même constat et à travailler sur le sujet.

    Vous devriez, si ce n'est déjà fait, vous rendre aux manifestations de type Nuit debout, ou vous rencontreriez de bon échos.

    Je vous suggère aussi les "médias" libres non-journalistes et donc très ouvert d'esprit, tels "Osons Causer" ou le "Fil d'Actu" qui liront probablement votre livre si vous les démarchez.

    Ps : désolé pour la boutade qui va suivre, mais votre nom, Richard... ça ne s'invente pas ! ;-)

  • #13

    Dumas (dimanche, 08 janvier 2017 19:54)

    Voilà une idée qu'elle est bonne.
    Supprimer à l'homme la notion d'infini, éradiquer l'espoir de l'illimité, évidemment, quoi de plus naturel depuis la nuit des siècles pour les manipulateurs.
    Borner l'avenir de l'homme, en faire donc un homme borné, parfait.
    Lui occulter qu'il n'est que poussière dans l'univers, lui faire croire qu'il est lui-même la limite de tout, passionnant.
    Mais pourquoi limiter cela à la fortune ?
    Limitez donc le pouvoir politique, le pouvoir de mentir, le pouvoir des armes, le pouvoir de la beauté, de l'intelligence, de la force physique, de la bonne santé, de l'intelligence.
    Limitez, limitez, il y aura bien un profit pour quelqu'un.... non ???

  • #14

    Philippe Richard (dimanche, 08 janvier 2017 20:21)

    A Vincent : Merci ! J'aime cette notion du parcours régressif que je partage!
    Concernant le contacts, avec les mouvements citoyens, j'ai pu constaté que ce n'est pas si simple, car chacun a son rôle à jouer et ma proposition sort (trop) des sentiers battus. Mais si l'idée se faire connaître, peut-être que des ouvertures vont se créer. Croyez bien que je suis en lien avec plusieurs mouvements et prêt à échanger :-)

  • #15

    Philippe Richard (dimanche, 08 janvier 2017 20:26)

    A Dumas : je peux comprendre votre désarroi face à une liberté donnée que quelqu'un veuille reprendre. Je dirai trois choses :
    1- Nous avons déjà beaucoup de libertés bornées, et heureusement pour laisser de la place aux autres
    2- La liberté de la richesse illimitée me semble la pire des libertés, car c'est favoriser l'inégalité, la désunion, la prédation, le comportement de rentier qui abuse de son pouvoir... et plus globalement c'est anti-démocratique puisqu'aucune démocratie ne peut vivre réellement sans une relative égalité.
    3- La nature, bien faite, a donné cette égalité relative : on a tous (sauf cas très particulier) deux bras, deux jambes, une vie de 100 ans max, un cerveau, un coeur... rien n'est illimité sur notre petite terre, et nous commençons d'ailleurs a en prendre conscience ;-)

  • #16

    David Millier (lundi, 09 janvier 2017 11:49)

    Bonjour,
    Je n'avais pas envie de m'inscrire sur le site du Nouvel Obs alors je vous écris ici. Je vous remercie et vous félicite pour votre recherche sur ce sujet. J'approuve cette proposition que je crois nécessaire, au moins dans un premier temps. Cependant je crois qu'elle n'est pas suffisante dans la mesure où elle ne remet en cause ni le système capitaliste, que je considère non compatible avec la vie, ni ce que je pense être le fondement même des inégalités : la création monétaire sous forme de dette, qui plus est auprès de structures privées. Un profond changement serait de créer une monnaie libre.
    Bien cordialement,
    David Millier

  • #17

    Adrianne Kierstead (mardi, 07 février 2017 13:26)


    Excellent items from you, man. I have bear in mind your stuff previous to and you're just extremely wonderful. I actually like what you have obtained here, certainly like what you are saying and the way in which in which you assert it. You make it entertaining and you continue to take care of to stay it sensible. I can't wait to learn much more from you. This is actually a great site.

  • #18

    Philippe Richard (mardi, 07 février 2017 19:38)

    Merci David ! Je sais que cette proposition ne change pas tout, mais je crois qu'elle peut - et doit de façon incontournable - être le début d'une belle aventure collective ! La monnaie libre peut être une réponse complémentaire, même si elle ne résout pas tout non plus. La dette est - d'après mon analyse que je détaille dans le livre - liée au pouvoir croissant des plus mobiles - riches et grandes entreprises - qui assèchent les comptes publics... créant des cercles vertueux pour ceux qui ont déjà beaucoup et des cercles vicieux pour tous ceux qui ont beaucoup moins...

  • #19

    Dia Claro (mercredi, 08 février 2017 04:59)


    I was suggested this blog by my cousin. I'm no longer sure whether this put up is written via him as no one else recognize such certain approximately my problem. You are incredible! Thank you!

  • #20

    Gabriel Waid (mercredi, 08 février 2017 05:13)


    Aw, this was a really good post. Spending some time and actual effort to create a good article� but what can I say� I hesitate a lot and don't manage to get anything done.

  • #21

    Ok Marland (mercredi, 08 février 2017 05:29)


    I'm curious to find out what blog system you are working with? I'm experiencing some minor security issues with my latest blog and I would like to find something more safeguarded. Do you have any suggestions?

  • #22

    Edison Bentz (mercredi, 08 février 2017 06:10)


    It's very trouble-free to find out any topic on web as compared to textbooks, as I found this article at this web page.

  • #23

    Mayola Dohrmann (mercredi, 08 février 2017 13:26)


    Great blog! Is your theme custom made or did you download it from somewhere? A theme like yours with a few simple adjustements would really make my blog jump out. Please let me know where you got your design. Many thanks

  • #24

    René de VOS (samedi, 18 mars 2017 06:51)

    Bravo pour votre livre. Cependant, je cherche désespérément le développé du sigle AID qui vous semble être l'organisme grâce auquel votre système pourrait fonctionner.
    Merci

  • #25

    Philippe Richard (dimanche, 19 mars 2017 20:05)

    A René : merci à vous ! Le sigle AID est bien précisé dans le livre, il signifie l'Agence pour l'Investissement et le Développement. Bien à vous.

  • #26

    Demokratia (mardi, 11 avril 2017 09:20)

    Philippe Richard :
    "3- La nature, bien faite, a donné cette égalité relative : on a tous (sauf cas très particulier) deux bras, deux jambes, une vie de 100 ans max, un cerveau, un coeur... rien n'est illimité sur notre petite terre, et nous commençons d'ailleurs a en prendre conscience ;-) "
    Ce n'est pas juste, les talents d'une personne à l'autre sont extrêment différents, certains sont très bien adaptés à la société, d'autres très peu. La capacité d'apprentissage est extrêment inégale d'un individu à l'autre, donc pour l'égalité, cela ne fonctionne pas. Comme disait Margaret Thatcher, mettez les comptes à zéro un matin, donnez 10 eur à chaque homme : le soir même il y aura des riches et des pauvres.
    Il y a une chose pour l'instant illimitée sur terre, c'est l'imagination de l'homme, donc nos possibilités ne sont pas si finies que cela (si on arrive au bout du pétrole ou du charbon, l'homme trouvera autre chose, ne nous inquiétons pas). Pour la peur de l'infini, lisez "La peur exponentielle" de Benoît Rittaud
    Quant à la gestion collective des biens, cela a été essayé de nombreuses fois, cela s'appelle le communisme, et cela aboutit TOUJOURS à la dilapidation du capital et la pauvreté de TOUT le peuple. Vous raisonnez dans un monde fixe, mais il est dynamique. Si la fortune des riches rapporte x% aujourd'hui, demain avec un gestion collective, cela tombera à près de 0% et votre modèle ne fonctionne plus (sans compter que le capital lui-même se dégradera et tendra vers 0).
    Pour l'enrichissement rapide des riches depuis quelques années, cela revient au pouvoir politique, qui via des taux d'intérêts quasi nuls "distribue" l'argent au riches. Oui, les gouvernements socialistes, par besoin d'emprunts pour combler le déficit public, imposent des taux d'intérêt quasi-nuls et enrichissent les riches. F. Hollande est sans doute le président qui a le plus favorisé la finance par son endettement inconsidéré du pays. Quand l'état emprunte, c'est un contrat de long terme pour que les contribuables payent les banques.
    La gestion collectives des biens aboutit toujours à la ruine. L'homme n'est pas parfait, et préfère travailler pour lui que pour les autres. Donc il gère mal le collectif.
    F. Hollande se plaint que les multinationales font de l'ingénierie fiscale (légale) pour payer un minimum de taxes. Pourquoi en fait-il lui même pour ne pas payer l'ISF alors qu'il devrait (cf https://www.sicavonline.fr/index.cfm?action=m_actu&ida=509184-isf-2013-francois-hollande-est-il-redevable-de-l-isf) ? Ne devrait-il pas montrer le bon exemple, lui le socialiste, ennemi de la finance, à la morale droite et au grand coeur pour les pauvres ? Si lui même se préoccupe plus de ses intérêts que de la collectivité, comment voulez-vous que la gestion collective fonctionne ? Seul le don individuel et volontaire (pas la préemption obligatoire) est solidaire.

  • #27

    Philippe Richard (mercredi, 12 avril 2017 12:48)

    A Demokratia. Je retrouve chez vous toutes les valeurs du libéralisme, celles du chacun pour soi, d'un soi-disant mérite, mais surtout du plus grand égoïsme :
    1- qui croît dans les vertus du progrès technologique car elles résoudront tous nos problèmes, donc continuons comme ça, tout ira bien ! Vous y croyez vraiment que tout est aussi simple ?
    2- certains se débrouillent mieux et d'autres moins bien dans notre société et il est donc normal de rétribuer ceux qui se débrouillent bien. Pourquoi en fait ? Les autres n'ont donc pas de qualité à valoriser ? Je pense que si mais que notre société libérale ne valorise que certaines qualités, celles de "l'affirmation de soi" et pas du "dépassement de soi". J'en parle dans mon livre.
    3- La gestion publique est moins efficace que la gestion privée. Ah bon ? Vous croyez que la gestion privée est si efficace ? D'où détenez vous cette vérité ? Moi qui ai l'occasion de suivre beaucoup d'entreprises, j'ai plein de contre-exemple, mais on n'en parle pas car c'est du privé... Pour moi, l'objectif est un équilibre entre public et privé. C'est cet équilibre qui est gage d'efficacité, sans opposer l'un à l'autre, mais selon la nature du service, Bien commun et marché concurrentiel.
    4- "Seul le don individuel et volontaire est solidaire" dites-vous. Ce que prônent les libéraux. Et ce qui amène à diviser par dix la solidarité dans les faits... La question n'est pas de changer l'humain (qui a une part égoïste et bienveillante) mais de mettre en place un système équilibré qui conduit à la liberté, l'égalité et la fraternité.
    Tout un programme, bien loin de vos réflexions apparemment...

    

Le livre est prêt !

 

aux Editions Couleur livres

 

Il vient de paraître en janvier 2017,

en France, en Belgique et en Suisse romande.

 

Partagez ce site



« Reconnais cette main ouverte, la main ouverte dressée comme un signe de réconciliation - ouverte pour recevoir, ouverte pour donner. »

Le Corbusier